AccueilMétaux et alliages8.3 Moyens de protection

8.3 Moyens de protection

On distingue :
1) Les protections chimiques (couche primaire).

Création d'une couche de sels métalliques neutres parfaitement adhérente, réalisant ainsi une base d'accrochage pour une peinture ultérieure :
- ACIERS : phosphatation, bain anti-rouille, parkérisation, bondérisation,
- ALLIAGES LÉGERS : Pyrimpro, alodisation (bain d'alodine),
- ALLIAGES ULTRA-LÉGERS : mordançage (ou acide sélénieux).

2) Les peintures :

a) À l'huile de lin : mélange d'huile de lin, d'essence de térébenthine et de colorant, le durcissement est obtenu par polymérisation de l'huile de lin au contact de l'oxygène.

b) Glycérophtaliques : même composition que la peinture à l'huile de lin mais addition de résine qui augmente la tension et la dureté de la peau.

c) Cellulosiques : résines à base de cellulose + acétone ; le durcissement est obtenu par évaporation du solvant (très facile à déposer au pistolet).

d) Synthétiques : mélange de résines à base des matières plastiques le durcissement est obtenu à l'aide d'un produit complémentaire appelé DURCISSEUR. Les "POLYURÉTHANES" et les "EPOXY" (Epikote) ; souplesse et dureté exceptionnelles.

3) Les oxydations électrolytiques – oxydation anodique ou anodisation.

Création de couches d'oxydes poreuses, sur la pièce placée à l'anode. Ce procédé est très intéressant pour les alliages dont l'oxydation est auto protectrice.
- ALLIAGES LÉGERS : après colmatage des couches poreuses à l'eau chaude, obtention d'une couche protectrice très dure et résistante,
- ALLIAGES ULTRA-LÉGERS : meilleure base d'accrochage que le mordançage,
- ALLIAGES DE TITANE : après graphitage des couches poreuses, amélioration des propriétés de frottement avec moins de risque de grippage.
Principe de réalisation :
Les oxydations <hr id=

8.4 Protection des réalisations hétérogènes

a) Protection cathodique :
Protection cathodiqueAdjonction d'une électrode encore plus électronégative pour dériver l'effet de pile.
Très utilisé lorsque le contact est réalisé par l'électrolyte ; ex : protection des coques de poteaux ou des réalisations souterraines ou sous-marines.

b) Galvanoplastie : Isolation des métaux en contact par projection de matières plastiques : polyuréthanes, epoxy, PVC, etc. Ex : réservoirs, citernes.

c) Isolation locale telle que peinture, vernis, caoutchouc, etc.

NOTA : Pour les alliages avec risques de corrosion intercristalline, on préfère utiliser des alliages à faible différence de potentiel tel que le DURALINOX ou alors, il faut isoler l’alliage du milieu ambiant (électrolyte) par peinture, placage, métallisation, oxydation anodique, etc.

 
Nous avons 17 invités en ligne