AccueilMétaux et alliages5.6 Mise en oeuvre des alliages légers

5.6 Mise en oeuvre des alliages légers

5.6.1 Mise en forme

Le matériel utilisé doit être parfaitement poli et ne pas présenter d'angle vif. Le traçage doit se faire au crayon et même mieux, au crayon sur papier collant ; Ne pas utiliser de pointe à tracer à cause des amorces de criques.
Les alliages à durcissement structural doivent être travaillés de préférence à froid, sur l'état de trempe fraîche.
Si l'on travaille à chaud (environ 400°C) la plasticité est maximum, mais il sera alors nécessaire d'effectuer un nouveau traitement thermique pour l'obtention des caractéristiques maximum.
Des rayons de pliage, de cintrage, d'emboutissage doivent être respectés en fonction :
de la plasticité de l'alliage considéré,
de son état : recuit, écroui, trempé, mûri,
de son épaisseur : espacement par rapport à la fibre neutre.

5.6.2 Forgeage – matriçage

Ces opérations permettent d'obtenir des pièces à caractéristiques mécaniques élevées (FIBRAGE).
À température de forgeage (400 à 450 °C) les alliages d'aluminium étant moins malléables que les aciers, on utilise des machines plus puissantes et des outils parfaitement polis avec de grands congés et arrondis. Les alliages de forgeage sont des alliages à durcissement structural, la trempe leur conférant les caractéristiques maximales.

5.6.3 Usinage

L'aluminium et ses alliages s'usinent très facilement de par :
- leur légèreté : vitesse de coupe élevée de par les effets d'inertie assez faibles,
- leur faible dureté et leur très grande ductilité
Bonne formation et bon écoulement des copeaux, une addition de plomb facilite leur fragmentation,
- Conductibilité thermique élevée qui favorise le refroidissement.

5.6.4 CONDITIONS GÉNÉRALES DE L'USINAGE

- Facteurs de travail importants : Vitesse de coupe 5 à 10 fois supérieure aux aciers.
- Particularités des outils :
- Angle de coupe positif + 10 à + 30 degrés,
- Angle de dégagement important et état de surface très soigné pour favoriser l'évacuation des copeaux.
- La lubrification favorise l'évacuation des copeaux, élimine les calories et diminue les frottements
a) Ébauche : huile soluble ou pétrole,
b) Finition, taraudage et filetage, sciage : huile de coupe.

a) SCIAGE À LA MAIN : Utiliser des lames n'ayant que 6 dents par cm

b) PERÇAGE : Forets hélicoïdaux en acier rapide. Vitesse de coupe : 80 à 180 m/mn. Lubrifiant : huile soluble ou pétrole.

c) ALÉSAGE À MAIN : Alésoirs hélicoïdaux fixes ou expansibles. Lubrifiant : huile de coupe.

d) FILETAGE ET TARAUDAGE À MAIN : Filets non détalonnés pour éviter le coincement au retour en arrière. Rainures larges et polies pour faciliter l'évacuation des copeaux. Lubrifiant : huile de coupe.

e) TRAVAIL À LA LIME : Limes spéciales à une seule taille et à grand pas de denture pour éviter l'encrassage (type ECOUENNE) On peut à la rigueur utiliser des limes ordinaires en les humectant de pétrole.

 
Nous avons 5 invités en ligne